Update google

Mise à jour majeure de l’algorithme Google l’anticiper sans stress

Google met constamment à jour ses algorithmes, ce qui rend le référencement d’un site web complexe ; en 2018, la MAJ dite MEDIC update a bouleversé le paysage des SERP : certains sites ont subi la forte chute de leur ranking, quand d’autres ont vu leur position progresser. On vous liste 17 bonnes pratiques qui ont sauvé, et même amélioré, le ranking de millions de sites web.

Des algorithmes en évolution et évaluation permanentes

La création d’un site efficace pour Google est complexe car ce dernier  procède à plus de 500 updates annuels. Il mobilise également des milliers de Quality Raters, dans le monde entier.

Une démarche d’amélioration continue des résultats de recherche

A longueur d’année, Google met en œuvre des processus destinés à renforcer l’efficience de ses algorithmes :

  • Evaluation de la qualité des résultats de recherche, auprès d’un panel d’utilisateurs : Google forme des utilisateurs, pour tester la pertinence des résultats de recherche obtenus par l’algorithme concerné
  • Comparaison des résultats respectivement obtenus par l’ancienne et la nouvelle version de l’algorithme
  • Test de la nouvelle version, en conditions réelles : la nouvelle version est testée sur les recherches effectuées par de véritables utilisateurs
  • Optimisation régulière des améliorations apportées aux algorithmes : les équipes de Google suivent et adaptent en permanence les performances de leurs processus.

Des milliers de Quality Raters chargés de l’évaluation des contenus

Sous-traitants de Google, les Quality Raters ont pour missions d’évaluer la qualité des contenus et de noter les résultats de recherche obtenus par le moteur. Ils s’assurent aussi que les changements opérés dans l’algorithme améliorent effectivement la pertinence des résultats. Enfin, ils vérifient que les pages qu’ils examinent, présentent des objectifs et des usages bénéfiques pour le visiteur.

Les Quality Raters travaillent sur des sélections de requêtes que leur confie Google. Ils mènent leurs analyses dans le respect des règles édictées par le Guide Officiel des Quality Raters (lecture recommandée à qui désire s’approprier la vision de Google, en matière de qualité de contenu). Ils attribuent des notes lien par lien ou de façon globale et transmettent leurs conclusions aux équipes de Mountain View. Les analyses des Quality Raters n’influent pas directement sur le classement d’une page. Elles représentent cependant un élément essentiel du processus d’amélioration continue instauré par la firme.

Ainsi, ce sont bien des humains qui passent au crible la performance opérationnelle des algorithmes. Il s’agit d’un véritable contrôle qualité du moteur de recherche, réalisé en permanence sur le terrain. Et dont l’objectif demeure la satisfaction de l’utilisateur.

Quelles leçons tirer de la fameuse MEDIC update d’août 2018 ?

La mise à jour du 1er août 2018 a notablement déstabilisé le secteur « santé et médecine » du web mondial. Au point d’être baptisée la MEDIC update. En réalité, elle a impacté une catégorie plus large de sites : la catégorie YMYL (Your Money Your Life). Avec des conséquences négatives, autant que positives sur leur référencement.

Google exerce un contrôle plus sévère sur les domaines dits YMYL

La catégorie Your Money Your Life couvre toutes les thématiques en lien avec la condition physique, émotionnelle, morale, économique et financière des internautes. Comme elles concernent directement la santé, le bien-être et les finances de leur audience, Google les considère comme des sujets hautement sensibles.

Pour cette raison, les thèmes YMYL sont soumis à une surveillance plus stricte de la part du moteur de recherche. Les contenus correspondant à ce domaine sont scrutés et sévèrement sanctionnés, lorsqu’ils enfreignent les consignes établies par Google. A savoir, l’exactitude, l’impartialité et l’actualité de l’information publiée.

  • Les contenus YMYL traitent de questions relevant de la vie privée, sous des formes variées
  • Des pages d’information et de conseils relatifs aux domaines médical, financier, fiscal, juridique, économique, politique des pages dédiées à une transaction commerciale ou bancaire (achats et paiements en ligne)
  • Des pages visant à recueillir des données sensibles

Google affirme vouloir protéger les internautes lorsqu’ils émettent une requête en lien éventuel avec leur état de santé, leurs décisions d’investissement ou de consommation, leur situation financière et fiscale ou leur projets personnels.

Comme vous allez le voir, la firme l’a bien prouvé durant la MEDIC update, en infligeant des pénalités à un grand nombre de sites YMYL.

5 exemples des retombées de MEDIC update sur le ranking de sites US

1. Sanction contre la publicité qui ne dit pas son nom :

MEDIC update a sévi contre les sites mélangeant ostensiblement publicités et contenu. Deux célèbres sites dédiés au régime paléo, ont ainsi subi l’effondrement de leur ranking, pour n’avoir pas marqué une distinction nette entre articles et advertising. Le risque de confusion, voire, de tromperie, était trop grand pour les visiteurs, lorsque ceux-ci cliquaient sur une annonce, en croyant accéder à un article.

google update

Source : http://www.canirank.com/blog/google-medic-update-data/

2.Sanction contre l’abus de publicités intempestives :
Le matraquage publicitaire durant la navigation sur un site fait partie des dérives combattues par Google. Certains sites relatifs à la santé et au bien-être en ont fait les frais.

L update google

 

Les update google
Source : http://www.canirank.com/blog/google-medic-update-data/

3.Progression de sites proposant du contenu à la fois pertinent, bien écrit, bien présenté et répondant à l’intention de recherche :

Les sites sortis gagnants de leur confrontation avec MEDIC update, avaient en commun d’illustrer abondamment leurs contenus avec de beaux visuels, de bien rédiger et structurer leurs textes et de pointer vers des sites externes d’autorité. Jetez un coup d’œil sur ces sites exemplaires :

https://www.dietdoctor.com/blood-pressure
http://www.cleverhiker.com/best-sleeping-bags
https://examine.com/supplements/fish-oil/

4.Sanction de sites limitant leur netlinking aux sites de sensibilité identique :

Kesako ? certains experts remarquent que des sites déclassés, malgré leur forte popularité, tendaient à ne se référer qu’aux sites de même affinité. Ils ne créaient pas de backlinks avec les sites d’autorité traitant des mêmes thématiques, mais exprimant des points de vue différents. Dans le domaine des médecines alternatives par exemple, les sites vedettes pratiquaient l’entre-soi, en évitant tout lien avec les sites médicaux mainstream : https://draxe.com/, https://selfhacked.com/ ou https://wellnessmama.com/ font partie des sites de santé alternative, qui semblent avoir été pénalisés pour leur manque d’ouverture.

5.Déclassement résultant d’erreurs techniques :
Certains spécialistes imputent le déclassement de sites réputés, à des erreurs techniques, comme une mauvaise configuration WordPress chez Selfhacked (-40% de visibilité). D’autres erreurs techniques SEO ont aussi pénalisé My Protein (-40%), Khan Academy (-13%) ou Lonely Planet (-12%). Enervant, non ?

Google communique peu sur ses MAJ et beaucoup sur son objectif récurrent

Google reste évasif sur les remèdes applicables aux déclassements résultant d’un update. Ses équipes répètent invariablement que l’objectif de toute MAJ est d’améliorer la qualité des contenus proposés aux utilisateurs. Il semble que l’ambition d’optimiser l’expérience utilisateur soit aussi à l’ordre du jour.

Concernant MEDIC update, Google a indiqué que sa finalité n’était pas de pénaliser certains sites, mais de récompenser certaines pages, en raison de la qualité de leur contenu et de l’expérience utilisateur.

Ainsi, Google martèle à l’envi qu’un contenu qualitatif, riche et utile reste la meilleure stratégie d’évitement des pénalités. Les recommandations de Google restent donc toujours les mêmes :

  • Pour conserver un bon classement sur les SERP et corriger vos pénalités, produisez toujours un très bon contenu, répondant en tous points aux besoins et aux requêtes de vos utilisateurs.
  • Pour élaborer un excellent contenu, anticipez ou identifiez l’intention de recherche du lecteur
  • Votre contenu doit impérativement être aligné sur l’objectif de votre site, qu’il s’agisse d’informer, de divertir ou de vendre.

Comment anticiper les mises à jour et gérer vos pénalités

Prévenir vaut mieux que guérir, car rétablir une position dans les SERP peut prendre plusieurs mois. La mise à jour permanente des algorithmes de Google réclame l’application constante de bonnes pratiques de production de contenu. Vous conformer à la règle EAT (Expertise + Authority + Trustworthiness) est indispensable.

17 bonnes pratiques de préparation aux mises à jour majeures

  1. Démontrez votre légitimité d’expert, par la haute qualité de vos contenus et par des preuves de votre expertise (certifications, labels, distinctions, diplômes…) ;
  2. Etablissez votre autorité en valorisant vos références, vos réussites et votre réputation dans votre domaine ;
  3. Garantissez la fiabilité de vos contenus, qui contiendront des informations d’actualité, vérifiées et documentées ; au-delà de la fiabilité, vos contenus apporteront de la valeur à l’utilisateur ;
  4. Mettez constamment à jour vos contenus. Eliminez-en les données obsolètes ;
  5. Assurez-vous des bonnes performances de votre site, en termes d’accessibilité, de rapidité et d’agrément de navigation ;
  6. Dans le même ordre d’idée, pensez « responsive » : la navigation sur votre site doit être toute aussi fluide et aisée sur desktop, smartphone ou tablette ;
  7. Veillez à la cohérence entre les promesses de vos titres et le contenu de vos pages ;
  8. Privilégiez la richesse et la profondeur de vos contenus ; détaillez vos analyses et étayez vos propos d’illustrations et d’exemples concrets ;
  9. Référez-vous à des sources fiables : usez d’un netlinking pertinent vers d’autres médias reconnus d’autorité par Google ;
  10. Présentez-vous, en tant qu’auteur et/ou éditeur de vos contenus : publier votre biographie sert votre visibilité et votre réputation auprès des internautes et des moteurs de recherche ;
  11. Donnez à votre audience le moyen de vous joindre et d’interagir avec vous : indiquer votre adresse mail, vos coordonnées Skype ou votre numéro de téléphone professionnel induit de la transparence. Humanise la relation. Et met Google en confiance ;
  12. Privilégiez la qualité de l’expérience utilisateur ; concentrez vos efforts sur la satisfaction de l’intention de recherche de l’internaute ;
  13. Dans le même esprit, évitez l’abus de publicités intrusives ;
  14. Auditez régulièrement le SEO de votre site pour détecter tout risque ou anomalie
  15. Diversifiez vos sources de trafic, au moyen de liens ou en publiant sur les réseaux sociaux : ne comptez pas que sur les moteurs de recherche pour générer les visites sur votre site ;
  16. Lisez et relisez le guide des Quality Raters, pour vous imprégner des recommandations de Google, en matière de contenus qualitatifs ;
  17. Lisez et relisez les 200 critères de référencement sur Google.

Suite à un update, Google vous inflige des pénalités : que faire ?

La même chose : une optimisation qualitative se travaille sur le long terme. En plus de mettre en oeuvre les 17 bonnes pratiques énumérées précédemment, vous pouvez aussi :

  • Utiliser Google Analytics ou Google Search Console pour vérifier que votre chute de ranking est bien consécutive à une mise à jour d’algorithme. Puis identifier l’algorithme à l’origine de la pénalité, pour savoir quelle correction apporter ;
  • Rechercher sur le blog officiel de Google, le nom et l’objectif de la mise à jour qui vous pénalise, pour identifier les éléments impactés sur votre site ;
  • Consulter le retour d’expérience d’autres internautes, rencontrant la même problématique que la vôtre ;
  • Analyser la performance technique et la qualité éditoriale de votre site : repérer ses faiblesses pour les corriger ;
  • Croiser vos données de logs et de crawl pour déterminer dans quelle mesure vos problèmes SEO techniques pénalisent votre performance globale ;
  • Optimiser architecture, contenu et performance, pour examiner ensuite comment cette amélioration se répercute sur la fréquence de crawl, le nombre des visites SEO, l’indexation, les positions et impressions ;

Une fois vos erreurs rectifiées, Google pourra constater les progrès accomplis. Sous quelques mois, votre site devrait alors regagner une position plus favorable.

Les 3 tendances déterminantes pour l’évolution de l’algorithme Google

Fin août 2018, Illya Grigorik, membre de l’équipe Google Webmaster évoquait les choix stratégiques orientant désormais l’évolution des algorithmes. Actant l’essor de la recherche sur smartphone, la firme concentre dorénavant ses technologies sur cet usage et les besoins qui en découlent.

Prenez en compte ces trois tendances fortes :

1.La mise en œuvre de l’indexation de recherche mobile-first

Fin mars 2018, Google a lancé le déploiement de l’index « mobile-first » : Désormais, l’index est principalement mobile puis secondairement desktop (pc et tablette). Il est d’autant plus primordial de proposer le même contenu optimisé, sur les versions desktop et mobile de votre site. Pour conserver un bon référencement, la version mobile de votre site devra être d’aussi bonne qualité que sa version standard.

2.La vitesse s’affirme comme un critère de classement

Dans les zones où les utilisateurs pâtissent de connexions lentes et de tarifs élevés, Google veut proposer un accès rapide et abordable, aux contenus et aux données. Il compte intégrer progressive web apps et technologie AMP afin d’offrir aux utilisateurs mobiles de meilleures fonctionnalités et une vitesse supérieure. La firme insiste sur l’importance de mettre rapidement à disposition des visiteurs, le contenu qu’ils recherchent. Elle attend un chargement instantané des pages affichées en résultats de recherche. Google tient à ce que les utilisateurs accèdent promptement à l’information qu’ils recherchent et passent ainsi moins de temps sur les SERP.

3.Google incite fortement les sites à passer au HTTPS

(Et à ce titre, Orson vous explique comment passer son site en https).

Google veut renforcer la sécurité des connexions et presse les éditeurs de faire passer leurs sites web au HTTPS. Cette évolution du protocole HTTP (S signifiant Secure) est effectivement plus sécurisée pour l’utilisateur parce qu’elle authentifie l’intégrité du site web visité et chiffre les informations échangées entre le site et l’internaute. Pour accélérer le mouvement, Google a officiellement annoncé que l’utilisation du HTTPS serait positivement pris en compte pour le classement des résultats.

En résumé, 3 recommandations

Pour préparer l’avenir et sortir la tête haute d’un update épique, voici trois dernières recommandations :

1.Pensez Mobile-First :
a. Optez donc pour le responsive design : la version mobile de votre site doit être aussi performante et optimisée que sa version desktop ;
b.Assurez-vous que tous les éléments de votre site mobile puissent être aisément consultés par les robots Google ;
c.Structurez vos données et configurez vos méta-descriptions, vos balises, à l’identique sur votre site mobile et votre site desktop ;
d.Investissez dans le développement mobile : adaptez vos contenus, soignez l’expérience utilisateur, surveillez les paramètres pris en compte par l’index mobile-first
2. Augmentez au maximum la vitesse de chargement de votre contenu
3. Migrez votre site en HTTPS

Et maintenant Florida 2 : les débats sont ouverts

Le 12 mars 2019, Google a de nouveau procédé à la mise à jour majeure de l’un de ses principaux algorithmes. Cette MAJ, intitulée « March 2019 Core Update » à Mountain View, a été baptisée Florida 2 par la communauté SEO.

A sa suite, le 14 mars, SEMRUSH observait une volatilité des classements des sites sur les SERP françaises, dans certaines thématiques : animaux, arts & loisirs, communautés en ligne, jeux, personnes et société. Pour autant, d’autres secteurs tels que droit et gouvernement, emploi et formation, immobilier ou finance, semblaient peu impactés.

Quelques observateurs estiment que les sites pénalisés par ce dernier update, étaient suroptimisés SEO. A savoir, plus orientés moteur de recherche qu’utilisateur. D’autres commentaires évoquent des effets inverses à ceux de MEDIC update : les sites dont le classement s’était dégradé ont regagné plusieurs places. Search Engine Land mentionne ainsi les progrès de Buzzfeed (+36%) et Techcrunch (+19%). Et la chute de The Atlantic (-48%) et Vanity Fair (-44%).

A suivre, donc.

 

Cet article est un article rédigé par Maivan Lecoq, auteur de contenu très engageants et Copywriter SEO.

Tsifei Chan

Fan de simplicité, growth et SEO